Au revoir à ma meilleure amie

Salut, ça fait bizarre d’écrire sur toi quelque chose de négatif. On a toujours été super proches toutes les deux. T’étais ma meilleure amie et j’ose croire que j’étais la tienne. C’est con, un peu, qu’on se soit chicané pour une connerie demême. L’humain est tellement mal fait, l’orgueil ça tellement de pouvoir sur nous, c’est comme une tornade qui dévale et ramasse tout sur son passage. C’est fou, de voir que de quoi de petit peut dégénérer à ce point.

Cet été j’ai perdu une de mes meilleures amies.

Pis j’vie relativement bien avec ça, ironiquement.

C’est toi qui avait besoin d’une pause de moi et c’est moi qui a besoin que la pause dure un peu plus longtemps. J’pensais jamais dire ça un jour, mais j’ai pas besoin de toi. Wow, pas besoin de ma meilleure amie, depuis quand la Terre s’est-elle arrêtée de tournée comme ça? C’est pas méchant, loin de moi l’idée de vouloir te punir pour ce qui est arrivé, j’ai pas de rancune envers toi, mais j’suis juste pas capable. Pas capable de faire semblant, de faire comme si notre amitié était toujours intacte, de faire comme si j’étais bien avec moi-même de passer par dessus ce qui s’est passé pis assumer qu’on revienne derrière en un claquement de doigts. Cet été j’ai eu des hauts et des bas comme une montagne russe sans fin, honnêtement ça a été super difficile à gérer émotionnellement parlant. Malheureusement, les circonstances font que t’as fait parti de mes pires moments de l’été et que t’as brillé de ton absence dans mes meilleurs. C’est plate mais c’est ça pareil, pis ça m’a juste fait réalisé que c’est comme si avec toi dans ma vie ça allait pas bien et que sans toi j’avais aucun problème à être heureuse.

J’avais jamais cru un jour que quelque chose du genre arriverait. J’ai toujours été du genre à penser que l’amitié c’était pour la vie. Que mes amies c’étaient de vraies amies, qu’elles étaient là pour rester, qu’elles faisaient malgré elles partie intégrante de ma famille.

Mais la vie étant ce qu’elle est, on n’a pas pu faire autrement que de se chicaner. T’sais, avoir des disputes y’a rien de plus normal dans une amitié, mais là ça a comme escaladé trop vite et trop haut et c’est devenue hors de contrôle. Gérer des émotions fortes, j’ai bin d’la misère avec ça, surtout quand j’suis super investie émotionnellement. Et mes amies je les aime d’amour, alors de vivre tout ça et de s’être dit des choses aussi méchantes d’une façon aussi détachée, c’est irreparable pour moi.

J’suis désolée, je sais que t’as fait des efforts et que piler sur ton orgueil c’est un grand pas pour toi. J’suis navré que ça ait pas donné le résultat que tu voulais. Je sais que t’as l’impression de te faire rejeter le blame sur le dos pour ce qui s’est passé, j’veux que tu saches que c’est pas le cas. T’as raison, notre amitié est brisée, pis c’est rendu un peu malsain sur les bords notre affaire. J’suis désolée sérieux, que tu te sois sentie comme ça. Que t’aie sentie que t’étais pas suffisante ou que j’te mettais de la pression pour être parfaite, ça n’a jamais été mon intention. Honnêtement j’pense que cette pression là tu te l’ai mise toute seule, j’t’ai toujours dit que t’avais pas besoin d’en faire autant pour être à la hauteur des attentes des gens, pis je le crois encore. 

Those who matter don’t mind and those who mind don’t matter. 

Tes amies, on en a toujours rien eu à foutre que tu sois parfaite, ça n’a jamais été important pour nous. J’ai toujours eu l’impression d’être une bonne amie, que j’avais ton back no matter what… I guess que j’étais peut être juste pas la bonne amie pour toi. J’ai toujours eu l’impression de t’encourager dans ta réussite et d’être fière de ce que tu accomplissais et du chemin que tu faisais au fil du temps. J’suis désolée que tu ne te sois pas sentie valorisée là dedans, j’ai jamais voulu ça. 

Je m’excuse, que les autres filles t’aies rejetté, c’était vraiment pas mon intention encore une fois, mais je ne prendrai pas le blâme pour des décision qui ne m’appartenaient pas. Et j’aimerais que tu saches que je les ai encouragé à te parler et que jamais j’ai essayé de les placer dans une situation où elles devaient prendre position entre nous deux. Je crois qu’avec elles, tu t’es un peu isolée par toi-même et qu’aucune d’entre vous n’étaient prêtes à faire le nécessaire pour rejoindre l’autre à mi-chemin, mais ça c’est ma perception de la chose. 

Je sais pas quoi te dire, j’suis contente que tu veuilles travailler sur toi, et tant mieux si ça t’as permis de renouer les liens avec tes autres amies. Je sais que t’es bien entourée, j’suis contente pour toi. 

Je te souhaite le meilleur, sincèrement.

-Ta pref

Advertisements

Les feuilles tombent et moi dont

Maman.

Je dois dire que pour une fois j’ai envie d’écrire sur quelque chose de positif. Parce que dernièrement dans ma vie, j’te dirais que du positif il y en a pas mal. Il me rend heureuse maman. Si tu savais Oh combien de fois j’ai eu envie de pouvoir te dire ça. Mais cette fois-ci c’est le cas, il fait de moi une meilleure personne. Du moins, avec lui, j’ai envie d’être le meilleur de moi-même.

Je sais qu’il est plutôt différent. Je sais qu’on est pas mal extravertie dans la famille et que ça te surprend qu’il soit plutôt introvertie comme personne. Je sais qu’il a un peu l’air bête, mais j’te promet que c’est un amour quand il s’ouvre un p’tit peu. Maman j’veux pas que tu t’inquiète pour moi. Il m’a fait beaucoup de peine dans le passé, mais aujourd’hui j’ai décidé de vivre dans le présent. Et présentement il prend soin de moi. J’suis entre bonnes mains maman.

Je l’aime.

Je sais qu’il a l’air de rien comme ça, avec sa difficulté à affiler plus de 5 mots un à la suite de l’autre. Il a juste besoin de se faire brasser un peu, de se faire sortir de sa zone de confort. C’est une personne étonnante, tu sais. Plus j’apprend à le connaître et plus j’suis agréablement surprise. Il est talentueux, passionné, impliqué, curieux…

Maman il est tellement beau, tant de l’extérieur que de l’intérieur. Il est plein de ressources et bon dans tout ce qu’il entreprend. Il a de la suite dans les idée, il est entêté, il ne baisse jamais les bras. 

Tu sais mom, j’te demande pas de faire confiance comme ça les yeux fermés à un étranger, du jour au lendemain. J’te demande de me faire confiance à moi, je sais ce que je fais. Et lui, j’lui fais confiance.

J’suis prête maman, j’vais tomber fort.

Et dans le pire des cas, j’frapperai le sol.

Année différente, situation identique.

Trois ans, trois ans de niaisage. Trois ans de “y’a peut-être changé” et de “finalement c’est le même criss de trou d’cul”. On dirait que j’apprend pas. J’veux dire, j’tu conne? Y’as-tu des cellules dans tête qui m’manque à force d’avoir fummé un joint d’trop une fois de temps en temps? Parce que me semble que j’t’une fille assez bright dans vie. T’sais, j’ai toujours eu des notes quand même pas pire à l’école. J’ai une culture générale assez riche. J’ai une logique allumée et de la réparti en veux-tu en v’la!

Tout ça et pourtant j’suis là, la bouche ouverte à baver devant lui, à me noyer dans ses yeux et ses p’tites attentions, à me questionner nuits et jours sur où c’est que j’men vais dont avec c’te relation-là! C’t’un cul-de-sac, pire que ça, c’t’un rond point. T’avance jusqu’à temps que tu frappe un mur pis BOOM, ne passez pas go, ne réclamez pas 200$ et retour à la case départ. Un peu plus pis tu payes la taxe scolaire en passant!
Le pire dans tout ça c’est que j’y crois encore. J’y crois encore tellement fort. J’suis là à m’dire que plus jamais j’vais retomber pour lui, mais en même temps j’me chante à tue-tête du Withney Houston en me préparant pour notre prochaine date. J’ai le I will always love you de tattoué dans le front quand il me parle, expliquez-moi ce qui se passe s’il vous plait.

J’pensais pu avoir à revivre ça et pourtant j’suis encore là, ici, à la même criss de place qu’il y a trois ans. Ça avance pas mon affaire. J’m’investie, oui oui. J’m’investie et j’fais les efforts nécessaire et j’met mon coeur à découvert comme s’il était indestructible. Mon p’tit coeur scotch-tappé à force d’avoir été trop souvent abîmé…

Où est-ce que ça s’en va tout ça? Pouvez-vous bin m’le dire? Quand est-ce que j’me suis donné le droit d’accepter d’être une option?

Questions sans réponses.

Des efforts à petite cuillère.

Ça fait que je vous annonce que la semaine dernière j’ai comme eu un court circuit pis bin ça un peu viré en crise. Ça faisait un peu plus qu’une semaine qu’on s’était pas vue mon plus plus et moi, j’m’ennuyais bin gros comme vous devez vous en douter. Et comme il prenait pas contact avec moi, après une couple de jours de ”j’vais attendre qu’il me texte en premier”, j’ai décidé de faire les premiers pas pis de l’inviter à la maison. Évidemment, il a dit oui. Donc deux jours plus tard, on passe la soirée ensemble.
Et c’était une très belle soirée, genre on a parlé bin gros, on a ri, on s’est collé, bref c’était vraiment agréable comme soirée. C’est le genre de gars qui te fais toujours douter, t’sais, parce qu’il est pas bin bin engagé dans la relation pis qu’il est pas super démonstratif. Ça fait que chaque fois qu’on est pas ensemble, j’suis là à capoter un peu trop et m’dire qu’y m’apprécie pas. Sauf que c’est aussi un gars pas mal transparent, si y’a pas envie d’être là, ça se sent. Et avec moi j’ai jamais eu l’impression qu’il avait pas envie d’être là. Quand on est ensemble j’me sens toujours bien et peu importe les craintes que j’peux avoir, elles disparaissent dès que je le vois. Parce que quand il est là, j’doutes pas, je sais que ce qu’on partage c’est vrai.

Mais ça change pas le fait que le reste du temps bin j’me sens tout pognée dans mes tourments, pis bin j’aime pas ça. Alors j’ai décidé de lui en parler, t’sais avec le temps j’me suis dit que j’étais rendue assez vieille et mature pour discuter de mes préoccupations, faque je l’ai confronté. Puis, me connaissant, émotive comme j’suis, bin disons que ça moins bien sortie que je l’espérais. Les grosses larmes, les sanglots pis toute, les ”tu t’criss de moi” à tour de bras pis les ”laisses-moi toute seule” entre deux reniflements. Le gars était juste sans mots, sérieux, et j’peux pas lui en vouloir, j’veux dire j’ai pété ma coche sur un gros rien. Il a dû se sentir pas mal impuissant, lui qui est tellement bon dans le gérage d’émotions en plus, not. Ça fait qu’après avoir essayé, maladroitement, de me consoler, il a juste lâché prise et a décidé de crisser son camp.

Vous auriez payé pour voir ma réaction.

La fille ça fait dix fois qu’elle lui dit de décrisser, il se prépare à partir, pis j’pète ma coche. ”J’peux pas croire que tu t’en vas demême”, ”voyons donc que tu m’laisse toute seule”, ”t’as pas d’allure de partir comme ça”, ”c’est ça vas-t’en”, ”j’veux pas que tu t’en aille”, pis mon préféré ”s’il te plaît, reste”. Il devait être mêlé en maudit, mais il est quand même resté pis on a dormi collés collés. Laissez-moi vous dire que le lendemain matin j’me sentais un peu conne. J’veux dire, j’ai fait ce que j’ai fait et j’ai réagi de la manière que j’ai réagi parce que j’me sentais pas bien et j’avais besoin d’extérioriser ça un peu, mais pareil. C’était poussé. Alors oui, j’me sentais pas mal cheap

Ce qui est sweet c’est que lui m’a pas pentoute faite sentir cheap, il a même dit qu’il me comprenait et surtout, qu’il allait faire des efforts, histoire que j’me sente moins insécure quand on n’est pas ensemble. Des efforts. Résultat ; ça fait trois jours qu’on s’est pas vue, trois jours que j’ai pas de nouvelles, trois jours que je joue à ”attendre qu’il me text en premier” sans jamais rien recevoir.

Grosse déception j’dois vous avouer..

Petit breakdown émotionnel

J’ai besoin de savoir si tu tiens a moi autant que je tiens à toi. J’ai besoin de savoir si tu penses à moi au moins une fois dans ta journée. Si, parfois, le soir avant d’aller dormir tu souhaites que je sois à côté de toi. Si j’te manque quand on ne se voit pas durant une semaine. Si t’affiche un sourire un peu con des fois en lisant mes messages texts.

J’ai besoin de savoir si m’avoir dans ta vie t’enlève l’envie d’aller voir ailleurs. J’ai besoin que tu m’dises que tu ferais rien avec une autre si l’occasion venait à se présenter. J’ai besoin que tu me rassures en me disant que quand tu réponds pas à mes texts c’est seulement parce que t’es occupé et non pas parce que t’en a absolument rien à foutre de moi.

J’ai besoin que tu m’dises que ça te fait chier, parfois, quand y’a d’autres hommes autour de moi. Que tu te sens insécure par rapport à tout ça de la même façon que moi j’me sens insécure. Que toi aussi t’as peur de me perdre et de retourner à la case départ. Que t’es pas en trin de te lasser de moi comme toutes les autres fois où j’ai essayer de faire en sorte que ça marche nous deux. Que quand j’prend de tes nouvelles à longueur de semaine ça te tappe pas sur les nerfs et qu’au contraire ça te fait même un peu chaud au cœur.

J’ai besoin que tu m’dises que tu m’aimes peut-être pas, mais qu’il y a personne d’autre avec qui t’aurais envie d’être. Que t’es quand même bien quand j’suis pas là, mais que t’aimerais que le temps s’arrête quand je le suis.

J’ai besoin d’arrêter de me sentir insécure à penser à chaque secondes que je pourrais te perdre. J’ai besoin que tu m’serre fort dans tes bras, avec ton air bête un peu à boute, en me disant que j’capote toujours trop pour rien et qu’j’ai pas à m’inquiéter. Que t’es là pour rester.

Que ce qu’on partage c’est peut-être pas parfait, mais que c’est tout ce dont nous avons besoin.

You can put the blame on me

En amour j’ai jamais vraiment eu de chance. Peut-être que c’est moi qui faisait juste pas bien les chose, peut-être que c’est la vie qui m’a juste pas fait de cadeaux, I guess que ça on le saura jamais. J’me suis souvent retrouvée seule devant le fait accomplis à devoir prendre sur moi et accepter que le ciel était pas aussi bleu que j’le pensais. J’ai eu beaucoup de peine, plus souvent qu’autrement. C’est dommage, à y repenser aujourd’hui, de m’dire qu’en amour j’ai eu plus de bas que de hauts. T’sais, j’vois les gens autour de moi pis j’suis là à m’dire “my god, couple goals”, tandis que j’braye ma vie tous les soirs dans mon lit à me demander pourquoi j’suis pas suffisante. Le problème avec moi c’est que j’suis tellement habituée que ça aille mal qu’on dirait que j’me sens obligée de suivre le pattern.

Alors j’ai fait, récemment, la gaffe que j’aurais pas dûe faire. J’pense que ça a toujours été plus facile pour moi de m’faire blesser que d’blesser les autres. J’imagine que c’est parce que j’ai plus de facilité à haïr les autres que m’haïr moi-même. Aujourd’hui je réalise que j’ai fait d’la peine à la personne que j’aimais. Y’a rien que j’puisse faire pour effacer mon geste et j’en suis désolée. On dirait que je réalisais pas à quel point c’était pas correct jusqu’au moment où j’ai dû dire la vérité. On dirait que j’voyais pas l’impact de mes actions jusqu’à ce que le sourire disparaisse de son visage. Je sais qu’j’ai souvent été blessée par lui auparavant, mais jamais j’aurais imaginé un jour que ce serait moi qui lui ferait de la peine.
Parfois les gens nous font du mal et ont leur en souhaite en retour. Dis comme ça, ça peut avoir l’air un peu malsain, mais j’imagine qu’il y a rien de plus humain. Tu peux pas imaginer le nombre de fois où j’me suis surprise à rêver de te remettre la monnaie de ta pièce en te shootant dequoi du genre “payback’s a bitch“. Pourtant aujourd’hui j’suis loin d’avoir envie de ça. Pourtant aujourd’hui la dernière chose que je voulais c’était de te faire de la peine. J’pense qu’on a traversé une tonne d’affaires toi et moi, que tu m’en as fait vivre de toutes les couleurs et que si j’suis encore là aujourd’hui c’est que j’tiens a toi peut-être même plus qu’à moi-même.

J’trouve ça difficile d’attendre de tes nouvelles. Je sais que j’t’ai dis que j’te laisserais du temps et de l’espace, je sais que t’en a besoin, mais c’est tough en maudit pour moi. J’ai peur de te perdre à travers ma connerie, j’ai peur de détruire ce qu’on a bâti au cours des derniers mois, j’ai peur d’avoir baissé dans ton estime ou encore d’avoir perdu de la place dans ton cœur. Je l’sais qu’j’suis pas facile à vivre. Je sais que j’t’aurais probablement boudé des mois et des mois si tu m’avais fait ce coup là. Je sais que c’est pas juste de te demander de passer par dessus, comme ça, après si peu de temps. J’t’ai fais de la peine et j’m’en veux, tu sais. J’m’en veux tellement, t’as pas idée. Je sais que de t’ouvrir aux autres c’est difficile pour toi, que t’es pas proche de tes sentiments, que t’as fait des efforts pour moi et qu’t’a l’impression d’avoir été remercié tout croche. J’suis tellement désolée. C’était pas mon intention.
J’ai pas réfléchi et ça fait longtemps. Et j’ai pas jugé bon de t’en parler parce que j’voulais pas te blesser pour rien. Parce que pour moi ça c’est rien, c’est terminé et ça n’a aucune chance de revenir. Tu peux pas t’attendre à ce que j’aie pas de passé, parce qu’on en a tous un, on a tous des squelettes dans le placard. Mais j’te promet que mon présent c’est toi et qu’éventuellement, mon futur aussi ce le serait.

Meilleurs amis au lit.

J’pense que l’erreur la plus commune c’est de penser que l’amitié et le sex ça fait bon ménage. Faux, allez pas vous aventurer là-dedans. C’est correct l’espace d’un moment, le temps que ça dure, mais ça finit toujours de la même façon.

C’est difficile de survivre à une amitié où l’autre personne finit par te considérer comme un trou. Ce que j’veux dire c’est que tôt où tard tu finis par te sentir utilisé, pis les relations utilitaires ça augure jamais rien de bon. Les amis c’est pas fait pour coucher ensemble, c’est pour ça qu’on les appelle amis et pas autre chose.

Pourtant, on le sait comment sont nos amis par rapport à leurs relations sexuelles. Le nombre de fois où ils nous en parlent, pourquoi ce serait différent dans notre cas? Et puis n’importe qui de sensé à pas envie d’entendre déblatérer la personne avec qui elle couche sur ses autres relations intimes. J’veux dire, gardes-toi une gène.

C’qui est difficile c’est d’établir la marge à franchir et à ne pas franchir, puis c’est jamais la même d’une personne à une autre. Ce qui passe pour moi ne passera peut-être pas pour toi, on est tous différents après tout. Mais tes amis tu les choisis, tu les connais bien aussi, vous partagez des intérêts communs, avez les mêmes valeurs. Et après un certain temps, quand tu décides de t’aventurer dans une relation un peu plus compliquée avec l’un d’entre eux, tu espères tout de même que vous soyez sur la même longueur d’ondes. C’est normal, vous vous promettez de vous respecter dans tout ça et vous vous connaissez assez bien pour savoir où poser la limite.

Mais non, c’est quand même pas suffisant. Parce qu’être ami avec quelqu’un et partager son intimité avec quelqu’un ce sont deux choses complètement différentes. Et la personne que vous croyiez connaître s’avère à être une toute autre personne. Et ce lien que vous aviez de particulier, ne semble peut-être plus aussi unique. Et cette impression d’être spéciale à ses yeux, n’était peut-être qu’une simple illusion.

T’sais, la voix dans votre tête qui vous dit que vous avez trop à perdre dans votre amitié pour risquer le tout, elle a raison. C’est l’autre voix de laquelle vous devriez vous méfier, celle qui vous dit d’essayer, que peu importe ce qui arrive, vous êtes tous deux assez matures pour gérer la situation correctement. Non, assez matures peut-être, mais vous êtes beaucoup trop investi émotionnellement pour risquer une si belle amitié. J’vous l’dis, pour être passé par là, on y survit pas.

T’as l’amitié, t’as le sex, pis t’as les miettes qui en reste une fois que t’as faite l’erreur de mixer les deux.