Je l’aime.

Pourquoi?

Je ne sais pas, pour tout et pour rien.

C’est bien, c’est ça l’amour tu sais? C’est d’aimer sans vraiment savoir pourquoi, c’est là que tu réalises vraiment que tu es en amour, parce que t’as aucune idée de ce que tu fais, de ce que tu ressens et des raisons pour lesquelles tu ressens ce que tu ressens.

L’amour ça rend confu, l’amour c’est confu. C’est abstrait, mais c’est beau, vraiment beau. L’amour c’est de l’art, de l’art abstrait. C’est un tableau bâtit par deux personnes, tracé par plusieurs couleurs, marqué par plusieurs émotions, imbibé de plusieurs sentiments. L’amour c’est un tableau qui raconte une histoire, ou une série d’histoires. De plusieures petites histoires assemblées une à l’autre afin de créer une belle aventure. C’est l’oeuvre d’une union parfaite entre deux êtres imparfaits, d’une union cohérente entre une tonne de sentiments incohérents…

C’est l’assemblage de petits riens pour créer un grand tout.

Je l’aime.

Pourquoi?

Je ne sais pas, pour tout et pour rien. Pour son air bête comme mes pieds. Pour son sourire d’enfant, pour ses yeux qui pétillent lorsqu’il est heureux, pour son regard sombre et mystérieux lorsqu’il te regarde dans les yeux, pour sa façon de rire sarcastiquement aux flèches que tu lui envois, pour ses lèvres parfaites de barbie.

Pour ses lèvres parfaites sur les tiennes, pour ses lèvres parfaites sur ton cou, sur ta joue, sur tes oreilles et sur tout ton être. Pour ses bras réconfortants aussi. Pour ses bras réconfortants autour de toi, pour ses mains qui te flattent le dos, la nuque, les cheveux. Ses mains qui agrippent fermemant ton postérieur, tes cuisses, ton buste.

Pour son assurance, mais aussi pour son insécurité. Pour l’envie que tu as de toujours le complimenter et lui faire comprendre à quel point il est un être à part.

Pour ce qu’il aime et que tu aimes aussi, mais surtout pour ce qu’il aime et que tu apprends peu à peu à aimer toi aussi. Pour les activités que tu as envie de faire avec lui, la planche à neige, le vélo, le mini golf, le paintball, la trampoline, les jeux vidéos.

Pour ton envie irresistible de lui briser la nuque, de le giffler si fort qu’il en garde ta main tattouer sur sa joue, de le kicker là où ça fait mal, de lui crier dessus, pour tout et pour rien.

Pour sa fausse attitude tellement indépendante, son attitude de chaton. Pour le chaton qui fait comme s’il pouvait se débrouiller seul, mais qui est bien heureux de pouvoir venir se coller à toi après une longue journée.

Pour tout ce que tu sais de lui et tout ce que tu ne sais pas. Pour l’impression que tu as de le connaitre par coeur, comme si tu l’avais tricotté, mais aussi pour cette impression que tu as de ne pas le connaître dutout.

Pour le peu d’affection qu’il te donne, mais aussi pour le fait de te donner tout ce qu’il a a donner. Pour les misérables, mais néanmoins tellement grands, efforts qu’il fait pour toi.

Pour le sérieux qu’il mets dans ses études tout en ayant l’air de s’en foutre complétement. Pour ses petits projets qu’il entreprend en cachette, de sorte que vous soyez fiers de lui.

Pour l’être unique qu’il est, pour ses bons et ses mauvais côtés, pour les parcelles de sa personnalité que tu apprécie, mais aussi pour celles que tu apprécie moins. Pour tout ce qui fait de lui qui il est.

Tu l’aimes parce que tu l’aimes, c’est tout.

L’amour a beau être un tableau abstrait, ça reste tout de même quelque chose de si simple.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s