Simplement compliqué

C’est compliqué un peu nous deux ces derniers temps. Quoi que ça jamais vraiment été simple entre nous depuis l’début. Mais j’te dirais qu’mon coeur commence à être un peu (beaucoup) mélangé depuis un boute. J’suis heureuse, sans aucun mais. Ça faisait longtemps, qu’avec toi j’avais pas pu dire ça, que j’étais heureuse, que j’étais bien. Desfois, quand j’me mets à trop y penser sa m’fait comme une boule dans gorge pis j’ai des larmes qui s’mettent à dévaler mes joues. Des larmes de joie, t’inquiète.

Quand t’es revenu dans l’décor j’te dirais que j’étais pas mal sceptique, que j’avais l’goût d’prendre mes jambes à mon coup parce que la dernière fois t’étais parti en laissant un trou ingérable dans mon coeur. J’pense que l’erreur qu’on a faite s’tait de s’mentir à nous-même, moi à m’faire croire que j’réussirais à t’changer pis toi à t’convaincre que tu changerais jamais. On a eu tord tous les deux faut croire, j’ai pas réussit à te changer, mais t’as changer par toi-même pareil. Quand t’es revenu ça paraissait déjà beaucoup, que t’étais pu l’même. Tellement que j’me suis demandé si tu jouais pas une game, histoire de m’faire atterrir dans ton lit une fois d’plus.

Mine de rien, on a eu l’droit à notre première date. On a été en relation compliquée pendant près de deux ans, après ça t’es comme tombé dans ma liste noire l’espace d’un bon 6 mois. Genre bloqué sur Facebook pis toute pis toute. Du jour au lendemain t’es passé du statut de meilleur ami avec un p’tit plus à parfait étranger. Deux ans de relation pis fallait qu’on en arrive à ce stade là pour que tu finisses enfin par m’inviter à une date, une vraie. De style terrasse au centre-ville de Montréal dans un p’tit resto italien et ciné-parc avec des grosses doudous, des bonbons aux cerises pis des p’tits bisous sur le haut d’ma tête. J’pense que c’était la première fois avec toi que j’me sentais importante, deux ans avec toi pis j’m’étais jamais sentie aussi importante à tes yeux que cette journée-là.

Aujourd’hui y’a comme une routine qui s’est installée, pis peu à peu on a finit par refaire partie d’la vie de l’un l’autre comme avant. Comme avant, mais en mieux. Aussi compliqué qu’avant, mais en beaucoup plus simple. J’crois que la différence c’est qu’aujourd’hui on est les deux conscients de la réalité dans laquelle on s’est mise pis de ce qu’on attend l’un de l’autre aussi. Les sentiments ça jamais vraiment été ton fort, je l’sais, pis pourtant y’a tes yeux qui m’parlent un peu. Je sais que s’engager s’pas dans tes plans pis tu l’sais que ça fait partie des miens, j’ai arrêter d’vouloir forcer les choses pis t’as arrêter d’avoir peur de t’ouvrir. On appelle ça des compromis.

On est loin d’être un modèle irréprochable d’amour, au contraire, pis nos amis sont loin de tolérer notre relation tant qu’ça, surtout qu’tes amis m’aiment pas pis que les miennes te détestent. Mais quand on est ensemble on dirait que s’pu tant important, d’atteindre la perfection du conte de fée. On vie dans une relation ouverte, où les deux on s’autorise à aller voir ailleurs et où les deux on finit par ne pas aller voir ailleurs. On s’aime d’une manière crissement pas habituelle, mais on s’aime à notre façon et j’crois que c’est s’qui fait que j’tombes en amour un peu plus chaque jour avec toi et avec s’qu’on partage.

J’suis bien, et j’ai pas besoin d’plus. Tu m’rend heureuse, tu m’fais sourire, tu m’fais rire et rougir et name-it, j’en traverse des émotions quand j’suis à côté d’toi. Pis j’trouves ça suffisant. Et bin bin fort, j’espère que toi aussi.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s